Seignelay, son histoire

Seignelay, son histoire

La brigade de gendarmerie à Seignelay, son origine

8ème Légion de Gendarmerie

Compagnie de l'Yonne

Arrondissement d'Auxerre

Historique de la brigade de Seignelay

 

Les origines de la 5ème Légion

 

Sergents et archers Jusqu'au XVIè siècle, les prévôts, baillis et sénéchaux disposent d'un corps "Sergents" pour assurer la police des villes et arrêter les malfaiteurs.

1501 Le nom de "Sergent" fait place à celui d'"Archer".

1536 Une troupe militaire soumise à l'inspection des Maréchaux de France est organisée sous le nom de "Maréchaussée" et chargée d'une manière permanente de la police des gens de guerre et d'un service et de répression sur tout le territoire.

Maréchaussée                1591 Il est créé dans plusieurs provinces une compagnie d'archers de la Maréchaussée commandée par un Prévôt Général.

1720 Il est créé dans chaque Généralité une Compagnie de Maréchaussée.

1760 Le nom d'archer de la Maréchaussée est remplacé par celui de "Cavalier de la Maréchaussée".

1772 La Généralité d'Orléans comprend 4 lieutenances et 36 brigades, elle est commandée par le Prévôt Général Leroy, écuyer.

1774 La Généralité d'Orléans comprend 5 lieutenances et 36 brigades, elle est commandée par le Prévôt Général Lambert.

1778 Le corps de la Maréchaussée est organisé en 33 compagnies portant chacune le nom d'une province.

1778 à 1789 La Maréchaussée de l'Orléanais est commandée par le Prévôt Général Lambert; elle se compose de 5 lieutenances et comprend 40 brigades réparties dans la Généralité.

 

Gendarmerie Nationale

 

1791 La loi du 16 février, en supprimant l'ancienne institution de la Maréchaussée, crée la "Gendarmerie Nationale" qui est constituée en 28 divisions.

1ère Division                    La Compagnie de Seine et Marne appartient à la 1ère Division dont le Colonel réside à Paris. La compagnie est commandée par un lieutenant Colonel.

26ème Division                 1791 L'ancienne Maréchaussée de l'Orléanais dont fait partie la compagnie du Loiret est comprise dans la 26ème Division.

La gendarmerie du département de l'Yonne est composée de deux compagnies commandées chacune par un Capitaine et 3 lieutenants sous les ordres d'un lieutenant-Colonel appartenant à la 26ème Division ayant à sa tête un Colonel dont le siège est à Auxerre plus tard sous le titre de Chef de Légion.

1792 M. le Colonel divisionnaire Sainte-Suzanne en résidence à Auxerre prend le commandement de la 26ème Division.

Un décret du 26 août 1792 appelle toute la gendarmerie aux armées et la remplace par des gendarmes surnuméraires.

21ème Division                 1798. La compagnie de Loir et Cher est comprise dans la 21ème Division militaire. La loi du 28 germinal an VI (17 avril 1798) réorganise la gendarmerie en divisions, escadrons et compagnies.

14ème Division                          La compagnie du Loiret fait partie du 27ème escadron sous les ordres du chef d'escadron Martin.

                                               La compagnie de l'Yonne fait partie du 27ème escadron.

22ème Division                          La compagnie de Loir et Cher fait partie de la 22ème division dont le chef-lieu est Tours.

1ère Légion                      1801 La loi du 9 thermidor porte sur l'organisation de la gendarmerie, elle comprend 27 légions. La compagnie de Seine et Marne fait partie de la 1ère légion. Elle est commandée par un Capitaine qui réside à Melun. Elle a 4 lieutenances, 26 brigades à cheval et 1 à pied.

14ème Légion                            La compagnie du Loiret fait partie de la 14ème Légion. La légion est commandée par le Colonel Sirugues Maret en résidence à Troyes. La compagnie fait partie du 27ème escadron sous les ordres du chef d'Escadron Dugallier.

                                               La compagnie de l'Yonne fait partie de la 14ème légion.

22ème Légion                            La compagnie de Loir et Cher fait partie de la 22ème légion.

6ème Légion                     1803. La compagnie de Loir et Cher fait partie du 11ème escadron de la 6ème légion. La légion est commandée par le colonel Bergeron.

                                               La compagnie se compose de 22 brigades (1 à cheval et 8 à pied). La compagnie est commandée par M. le capitaine Bodin, résidant à Blois.

                                               La lieutenance de Blois se compose de 6 brigades à cheval et 2 brigades à pied.

                                               La lieutenance de Vendôme se compose de 4 brigades à cheval et de 5 brigades à pied.

                                               La lieutenance de Romorantin se compose de 4 brigades à cheval et d'une brigade à pied.

Gendarmerie Impériale 1804 La Gendarmerie prend la dénomination de Gendarmerie Impériale.

                                      1807 Un poste provisoire de 2 hommes à pied est établi à la Ferté-Beauharnais.

                                      1811 Le poste provisoire de La Ferté-Beauharnais est supprimé

Gendarmerie Royale 1814 L'ordonnance du 11 juillet donne à la Gendarmerie la dénomination de Royale; elle est divisée en 24 légions et 95 compagnies. Le 16 Mars 3 hussards hongrois se présentent à la Mairie de Saint-Florentin et s'emparent du Maire. La brigade prévenue de ce fait se met à la poursuite de l'ennemi, tue un des hussards et délivre le magistrat.

                                               La compagnie de Loir et Cher fait partie du 1er escadron de la 6ème légion commandé par M. Auger.

                                               La brigade à pied de Montrichard est remplacée par une brigade à cheval.

                                               Une brigade à pied est créée à Selles sur Cher.

Gendarmerie Impériale 1815 Le 20 mars la gendarmerie reprend la dénomination de Gendarmerie Impériale.

Gendarmerie Royale En août elle redevient Gendarmerie Royale.

2ème Légion                              La compagnie du Loiret fait partie du 1er escadron de la 2ème légion.

                                               La compagnie de Seine et Marne fait partie du 2ème escadron de la 2ème légion.

                                               La compagnie de l'Yonne forme une seule compagnie commandée par un capitaine.

M. le Colonel Baron Penéval, commande la 2ème légion à Versailles.

1816 M. le Colonel Lemoine, commande la 2ème légion à Versailles.

1818 M. le Colonel baron de Charlus, commande la 2ème légion à Versailles.

1819 La compagnie de Loir et Cher fait partie de la 4ème Division militaire, chef lieu Tours.

1820 M. le Colonel La Berthe, commande la 2ème légion à Versailles.

1ère Légion                               La compagnie de seine et Marne commandée par un Capitaine dépend de la 1ère légion dont le siège est à Paris.

7ème Légion                              La compagnie de Loir et Cher fait partie de la 7ème légion dont le chef réside à Tours.

                                      1823 La légion est commandée par M. le colonel baron de Tassin.

                                               Les brigades à cheval de brigadier et celles à pied sont réduites à cinq hommes.

                                               La brigade à cheval de Fréteval est transférée à Pezou.

                                               Un poste provisoire de 2 hommes est établi à Neug sur Beuvron.

                                      1824 La légion est commandée par M. le Baron de Poitiers.

Gendarmerie départementale 1828 Par ordonnance royale 8 septembre, la gendarmerie prend la dénomination de "Gendarmerie Départementale".

                                               Une 2ème brigade à cheval est créée à Blois. Le poste provisoire de Neung sur Beuvron est transformé en brigade à cheval.

                                               Création de la brigade de Ielles sur Cher et suppression de 3 brigades à pied dans la lieutenance de Vendôme.

                                      1830 Création des brigades de Rebais et de Villiers St Georges.

                                               La 7ème légion dont dépend la compagnie de Loir et Cher est commandée par M. le Colonel d'Outremont.

                                      1831 La 2ème légion est commandée par M. le colonel Baron Potier.

                                               La maréchal des logis Hugot de la brigade de St Fargeau (Yonne) a tenu bravement tête à une émeute populaire au sujet de la cherté des vivres et des grains, a été nommé chevalier de la légion d'honneur pour ce fait.

                                               Création des brigades à pied de Couture et du Pault (Loir et Cher).

                                      1834 Création de la brigade de Quarré les Tombes (Yonne).

                                               Création de la brigade de Mennetou sur Cher (Loir et Cher).

                                      1838 Création de la brigade à pied de Vendôme (Loir et Cher) et remplacement de la brigade à pied de Ielles sur Cher par une brigade à cheval.

                                      1837 Création de la brigade de Donnemarie (Seine et Marne).

                                      1839 La 7ème légion est commandée par le colonel Boyer.

                                      1840 Création de la brigade de Lorrez le Bocage (Seine et Marne).

                                               La brigade à pied du Pault (Loir et Cher) est transférée à la Ville aux Clercs (Loir et Cher).

                                               La 7ème légion est commandée par M. le colonel Hautreux.

                                               Une émeute à lieu dans la commune d'Herbilly (Loir et Cher) à cause du déplacement d'une cloche qui par ordre de l'autorité doit être transférée à Courbouzon (Loir et Cher).

                                               L'autorité du Maire et celles de la Gendarmerie étant méconnues, des mandats sont décernés contre les principaux auteurs de cette rébellion.

                                               Le 24 décembre, la Gendarmerie de Mer, chargée de mettre les mandats à exécution, est obligée de céder à la force, de nouveaux rassemblements s'étant formés au son du tocsin.

                                               Le 26, M. le lieutenant Robert de la résidence de Blois, se transporte à Mer accompagné de deux brigades du chef lieu et suivi de 4 compagnies du 20ème de ligne. Le lendemain matin cet officier se dirige sur Herbilly avec 3 brigades et l'infanterie dont elles sont renforcées. Le déplacement de la cloche à lieu et 8 des plus mutins sont arrêtés.

                                      1841 La compagnie de l'Yonne fait partie de la 20ème légion, chef lieu Dijon. Elle est commandée par M. le Colonel Deshayes.

                                               Création de la brigade à pied d'Herbault (Loir et Cher).

                                      1842 La 7ème légion est commandée par M. le Colonel Reverdy.

                                      1843 Création de la brigade de Jouy le Châtel (Loir et Cher).

                                               Création de la brigade du Plessis Fortias (Loir et Cher).

                                      1844 La 2ème légion est commandée par M. le Colonel Thierou.

                                               Création de la brigade de l'Isle sur Serein (Yonne).

                                               La brigade à cheval de Bracieux est transférée à Four Cheverny.

                                      1845 M. le Capitaine Thiboutol, M. le lieutenant le Pallais et le personnel des brigades de Blois St Aignan, Montrichard, Selles sur Cher, Mondoubleau, Savigny, Montoire et Vendôme se distinguent dans les inondations de la Loire, du Cher et du Loir.

                                               Le maréchal des logis Raulet et le gendarme Percheron des brigades de Blois, font preuve de beaucoup de courage et d'intrépidité et sauvent plus de 25 personnes.

                                               Témoignage de satisfaction du Ministre de la Guerre au gendarme Percheron.

....

 

Brigade de gendarmerie de SEIGNELAY

 

Par décision du 20 novembre 1851, la brigade à pied de la gendarmerie a été créée à Seignelay, en même temps que celles de Brienon, Saint Sauveur et Vincelles.

Par décision du Ministre de la Guerre en date du 06 avril 1852, la brigade à pied concédée à Seignelay sera placée à Cerisiers et remplacée par la brigade de gendarmerie à cheval actuellement établie dans la commune d'Arces.

 

La création de la brigade de gendarmerie de Seignelay a été officialisée après différents rapports des années 1820 à 1850.

Seignelay :

Ce canton comprend 10 communes formant un ensemble de population de 8615 habitants et actuellement surveillée (1850) par les brigades d'Auxerre et de Saint Florentin. Plusieurs d'entre-elles sont très éloignées et exigent des courses très pénibles en hiver. Le canton est du reste traversé de routes fréquentées, spécialement par celles qui conduisent à la station du chemin de fer à Laroche, appelée à devenir la principale de l'Yonne est donc besoin d'une surveillance spéciale. La commune du chef-lieu (Seignelay) est importante. Sa population est de 1600 habitants. Placée au centre du canton elle convient parfaitement pour recevoir une brigade. La commission demande la création à Seignelay, d'une brigade à cheval de 5 hommes qui communiquerait avec celles d'Auxerre, Saint Florentin, Joigny et Brienon.

 

La brigade de gendarmerie de Seignelay fait partie de la 2ème Légion, commandée par le Colonel Gillet en 1851, puis par décision du 22 décembre, la gendarmerie départementale est divisée en 26 légions. Chaque département forme une compagnie ayant à sa tête un Chef d'Escadron. En 1852, Seignelay fait partie de la 20ème légion.

 

Par décret du 17 décembre 1853, la Gendarmerie Départementale reprend la dénomination de Gendarmerie Impériale, puis en septembre 1870 adopte quasi définitivement le nom de Gendarmerie Nationale.

 

En novembre 1870, le département de l'Yonne se trouve occupé par les Prussiens. La compagnie mobilisée se replie sur Clamecy, puis sur Nevers, faisant partie des troupes rassemblées sous les ordres du Général du Temple. Après la signature des préliminaires de Paix, la compagnie quitte Nevers pour rentrer dans l'Yonne en date du 01 avril 1871. après diverses affectations, une décision ministérielle du 22 mars 1880 place la compagnie de l'Yonne dans la 5ème Légion. Cette position sera de nouveau modifiée en 1924, pour une intégration dans la 8ème Légion, dont le siège est à Dijon.

 

Etats des commandements de la brigade de Seignelay :

            A l'origine, le commandement était confié à un brigadier. Par décision du 21 avril 1880, c'est l'emploi d'un maréchal des logis-chef, puis compte tenu de l'évolution des effectifs, en janvier 1982, l'emploi d'un adjudant.

 

Logements :

            Par bail du 15 février 1852, le casernement de la Brigade à cheval de Seignelay est situé dans la maison du Sieur NOBLET Edmé Antoine, au numéro 4 de l'actuelle avenue Colbert.

Avant le renouvellement dudit bail, le conseil municipal de la commune fit le projet de convertir les bâtiments communaux connus sous le nom de la Capitainerie, en caserne de Gendarmerie, l'enquête prouvant que la maison Noblet est l'une des plus mauvaises casernes du département. En effet à la lecture d'une délibération du conseil municipal, qu'il est de notoriété publique que la maison manque d'eau potable et que les gendarmes sont obligés d'en aller chercher dans le voisinage pour leur besoin, entre-autres griefs reprochés… (session août 1859).

 

En date du bail du 05 août 1860, le casernement s'installe dans la Capitainerie, sis sur la place publique de Seignelay, dans l'ensemble des bâtiments rassemblant les services publiques de la commune.

La Capitainerie a été construite de 1784 à 1786 par le duc Léon de Montmorency. De belle allure avec la symétrie de ses deux ailes, et les toits à la Mansard. Elle servait à l'époque du Marquisat de Seignelay à loger la suite du duc. En 1789, la Capitainerie servait au logement des gardes officiers de la Nation.

Comprenant un corps d'habitation, cours et dépendances, elle a servi de caserne à la brigade de gendarmerie de 1861 à 1977. Dans la cour principale se trouve un puits avec pompe et une auge en pierre pour abreuver les chevaux.

 

Gendarmerie, à droite de la carte postale (ancienne Capitainerie)

 

Bail de la maison du Sieur NOBLET, pour le casernement, 15 mars 1852 

 

Déplacement de la brigade de gendarmerie à cheval d'Arces à Seignelay, 28 avril 1852

 

Extrait registre délibérations du conseil municipal, session août 1858,

pour établir casernement gendarmerie dans la Capitainerie

 

 

Plan, rez de chaussée du casernement dans la Capitainerie, 03 février 1860

 



01/12/2011
2 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres