Seignelay, son histoire

Seignelay, son histoire

Eglise St Martial, signes lapidaires et graffitis

Signes lapidaires et graffitis gravés sur les murs extérieurs de l'église Saint-Martial de Seignelay (Yonne)

                 Ces gravures ont été exécutées du XVIème au XVIIIème siècle

 

Signes lapidaires : Témoignage du labeur des hommes qui ont construit cet édifice, signe distinctif que chaque tailleur de pierres devait graver sur une des faces de la pierre taillée afin que le chef de chantier put vérifier la qualité de son travail et dénombrer la quantité de pierres équarries pour le payer en conséquence.

 Il s'agit d'un signe d'identité qui exprime à la fois la responsabilité et l'identité de son ou de ses auteurs.

 

Graffitis : Marques de passage de personnages itinérants ; pèlerins, compagnons du Tour de France.

         On peut admettre que des pèlerins, venus individuellement invoquer un saint guérisseur dont la statue se trouvait à l'intérieur de l'église, pouvaient laisser un signe sensible de leur passage pour que leur démarche soit couronnée de succès. 

On sait, en effet, que dans les campagnes, des pèlerins hommes et femmes, qu'on appelait "voyageurs" allaient individuellement à pied invoquer, ici ou là, quelque saint protecteur, soit pour leur compte, soit en étant les envoyés de personnes incapables de se déplacer.

                On peut aisément imaginer qu'un compagnon du Tour de France, arrivant dans une nouvelle paroisse, pouvait s'attendre à y trouver des difficultés et connaître une certaine angoisse l'amenant solliciter l'aide de Dieu et à tracer une croix sur l'église du village en accompagnement de sa prière. Et à l'inverse, quittant le village après un séjour plutôt heureux, le même geste pouvait signifier une prière d'action de grâce.

 

Un certain nombre de gravures sont originales et n'ont été faites, semble-t-il, que dans un malicieux divertissement, mais par contre, il existe des graffitis au graphisme bien caractérisé que l'on retrouve d'une église à l'autre et qui ont été reproduits en de multiples exemplaires.

C'est le cas de petites croix latines de quelques centimètres à quelques décimètres de hauteur, présentant à leur base un socle triangulaire et souvent marquées aux trois sommets du triangle par de petites cupules. Ces croix sont parfois en très grand nombre et dispersées parmi d'autres graffitis.

 

Signes lapidaires

 

Ebrassement à droite de la porte principale

 

Graffitis

 

Représentation d'une église et croix avec cupules

 Tacheron

                                 Croix avec son socle, date illisible
 
                                      


17/10/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres